27/12 : Une torgnole comme contrainte

Contrainte : Mariole, frivole, guibole, floricole, affole, racole, picole, torgnole, rigole.

Capture

Les oulimots auto-contraints de Ghislaine 53 :

Flora

Flora fait sa petite mariole,
autant que sa frivole !
Elle flamboie avec ses babioles,
affichées comme ses guiboles,
garnies de bas floricoles !
Elle braille de la fiole
le flaire fébrile,au blair qui rissole.
L’ambre de ses yeux les affole,
et son chant de merle racole !
Le maire lui offre des caramboles,
mais c’est la bière qu’elle picole !
Flora va se prendre une torgnole,
si elle persiste et affriole
cette flambée de croquignols !
Son Fabio, avec la fidélité jamais ne rigole,
quand sa Flora se la joue de traviole !

Le blog de Ghislaine 53

****

Les oulimots d’un Joueur Parisien :

Un bénévole bricole faisant le mariole, parabole frivole, envol de sa guibole, faribole floricole, Nicole sex-symbol affole, racole, picole, prend une torgnole mais, ras-le-bol,  rigole.

Le blog d’un Joueur Parisien

****

Les oulimots de Faffwah :

Elle m’affole quand, frivole, elle montre ses guiboles. Dommage que ce soit parce qu’elle racole pour se payer sa picole. Et je n’aime pas savoir que, trop souvent, elle finit dans la rigole ou que quelque mariole lui colle une torgnole en guise de paiement une fois ses petites affaires faites.

Alors je fais tout pour la sortir de là. Pour qu’elle ne se fasse butiner la marguerite que quand elle en a envie. Par qui elle en a envie. Et si je peux être l’un d’entre eux je n’en serai que plus heureux. Car j’assume pleinement  ma passion floricole.

Le blog de Faffwah

****

Les oulimots de Iotop :

L’humain floricole pollinise sa vie : transforme, consomme et détruit

J’ai beau faire le mariole, j’ai la frivole qui vient de partir avec l’emmanché de blanc-bec du quatrième étage et me voilà dans le suaire de l’abandonné … une fois encore.

Il est midi et je regarde dehors et … ma guibole gauche me fait souffrir, une ancienne blessure et une douleur toujours présente …la ville est devant moi, impassible, immuable et pourtant changeante à chaque instant dans les nervures de son organisme dont l’humain floricole pollinise sa vie : transforme, consomme et détruit …

Moi aussi je vais détruire, écraser, réduire, éparpiller, éliminer. Je descends au deuxième … la rage froide et le cœur bouillant … lentement, chaque marche est un défi, chaque douleur sera un coup …

Je sonne. La porte s’ouvre. Il me reconnaît. Il s’affole. Je tire… plusieurs fois … Il s’écroule dans le vestibule. Je pénètre dans l’appartement. J’appelle ma Frivole. Pas de réponse. Je visite toutes les pièces. Personne. Passe par-dessus le corps. Je sors. Ferme la porte. Je racole une voisine qui descend l’escalier.

— Elle est où ma Frivole ?
— Je ne sais pas, qu’elle me répond la blondasse qui … sort de son sac de courses, un pistolet … je n’ai le temps de rien … elle me tire dessus … elle rit … elle continue à descendre l’escalier.

Je n’ai rien compris. Je suis touché au ventre. Il faut que je remonte … lentement … très lentement … je crois que … le temps n’a plus aucun sens et ma vie m’échappe comme une fuite d’eau d’un problème de baignoire… ma porte d’appartement est à quatre marches de là. Je souffre.

Je m’écroule… et ma frivole qui est sur le palier à m’attendre. J’y crois pas mes yeux… elle est en déshabillée .. presque séduisante la garce … elle qui picole comme un fût sans fond. Je crois que je vais lui coller une bonne torgnole … elle rigole …

— Eh bien, il en a fallu du temps pour que tu crèves ordure.
— Pourquoi ? dis-je difficilement.
— Je t’ai consommé, mâle devenu inutile, et tu ne sers plus à rien … tu n’es même pas recyclable …

Le blog de Iotop

****

Les oulimots d’Alexandre :

Tu me traites de frivole en me menaçant d’une torgnole,
mais qui picole et fait le mariole ce soir ?
Qui racole et affole Clara ma cousine
en lui courant après ?
Tu es tombé dans la rigole
après que Clara t’as donné
un coup de pied dans la guibole ?
Tu l’as bien cherché
Garde donc tes forces pour le travail floricole
de demain !

****

Les oulimots de Popins :

Pas de bol

Toujours en train de faire le mariole,
Homme frivole,
Sûr de lui, il racole.
Il butine les nanas comme un insecte floricole,
Un sourire et il s’affole,
Mais cette fois, il a abusé de la picole.
Il ne tient plus sur ses guiboles,
Et moi je rigole.
Après lui avoir foutu une trognole.
C’est pas de bol !

Le blog de Popins

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s